Actualités

ORTIF : la téléconsultation en direct avec le patient à l’essai en milieu hospitalier

Le 28 février, SESAN a débuté l’expérimentation de la téléconsultation en direct avec le patient. Plusieurs établissements hospitaliers se sont portés volontaires pour faire partie de cette phase pilote. Les premiers retours sont attendus pour le 25 avril. Domitille Riffaud, chef de projet en télémédecine, nous en dit plus sur ce nouvel usage de la solution ORTIF.

 

En quoi consiste de la téléconsultation en direct avec le patient ?

 

Aujourd’hui, la téléconsultation réalisée avec la plateforme ORTIF est possible uniquement avec un professionnel de santé. Ce nouvel usage permettra au patient de réaliser la consultation directement chez lui (si besoin, un professionnel de santé pourra l’assister). Nous avons développé une interface avec une ergonomie intuitive et un support d’accompagnement simplifié qui permet de répondre à ses questions.

Cette consultation ne remplace pas un rendez-vous en face-à-face avec un médecin, qui est une première étape obligatoire dans le parcours de soins des patients.

 

Qui est concerné par l’expérimentation de cet usage d’ORTIF ?

 

Elle s’adresse aux 14 établissements hospitaliers qui ont participé aux ateliers de spécifications, dont l’AP-HP, l’Hôpital Foch et l’Institut Hospitalier Franco-Britannique. Les équipes de SESAN accompagneront des référents médicaux, qui feront le lien en interne avec les autres professionnels de santé.

 

Quelles sont vos attentes par rapport à cette phase pilote ?

 

L’objectif de cette expérimentation est de disposer de retours d’expériences significatifs afin que l’on puisse vérifier si l’ergonomie de cette nouvelle fonctionnalité répond aux attentes des professionnels de santé et identifier les améliorations à apporter. La phase pilote a débuté le 28 février et va durer trois mois. Les professionnels de santé qui y participent se sont engagés à réaliser au minimum dix téléconsultations pendant la phase pilote.

Le 25 avril, nous allons d’ailleurs organiser une réunion pour recueillir les premiers avis des établissements hospitaliers concernés. SESAN proposera par la suite ce service aux 6 000 utilisateurs d’ORTIF, dont la généralisation débutera cet été.

La téléconsultation en direct avec le patient suscite un vrai engouement. D’une part, elle permet de faciliter le suivi des patients pour les professionnels de santé, et d’autre part elle évite aux patients de se déplacer.

 

Depuis le 11 décembre dernier, vous proposez aux professionnels de santé une nouvelle solution ORTIF 2de Génération. Pouvez-vous dresser un premier bilan ?

 

De nouveaux d’établissements ont souscrit à notre solution de télémédecine ORTIF 2de Génération, notamment le secteur sanitaire avec des établissements de Soins de Suite et de Réadaptation (SSR). Le secteur médico-social avec les EHPAD nous a également fait confiance en continuant à utiliser nos services pour certains et en choisissant d’adhérer à ORTIF 2de Génération pour d’autres.  

Il existe en outre une hausse des téléconsultations, qui est due à l’évolution de la solution ORTIF et au remboursement de cet acte médical par l’Assurance Maladie.

Nous avons un taux de conversion entre la première et la deuxième version d’ORTIF de l’ordre de 98%, ce qui démontre le succès d’ORTIF 2de Génération.

 

Quels sont les atouts de la solution ORTIF ?

 

Nous avons trois atouts principaux. Nous possédons tout d’abord un réseau d’établissements hospitaliers assez large, puisqu’il est composé environ de 200 structures sanitaires et médico-sociales.

De plus, notre modèle économique est très compétitif. Il est adapté aux usages et aux structures qui adhérent à nos services.

Avec ORTIF 2de Génération, nous proposons de nombreuses nouvelles fonctionnalités et des usages en mobilité avec l’application ORTIF’APP disponible sur Android et IOS.

Vous êtes ?
Vous avez besoin ?
Tous nos projets
››