Actualités

Réseau Haut Débit : la migration vers ROSeS 2 débute

Le marché du Réseau Optique Sécurisé pour l’eSanté (ROSeS) a été renouvelé en mai dernier avec un nouvel accord-cadre. À cette occasion, les services historiques de ROSeS ont été pérennisés. De nouvelles solutions ont été mises en place, telles qu’un lot dédié à des interconnexions physiques directes entre adhérents. Ce nouveau réseau, accessible courant 2020, sera en mesure d’accueillir les 180 structures de santé aujourd’hui sur ROSeS, avec une capacité d’évolution élevée. Le chef de projet Samuel Gaiani-Porquet nous dévoile les contours de cette infrastructure réseau

 

 

Samuel Gaiani-Porquet : Le nouvel accord cadre ROSeS se décline en trois axes : Assurer la continuité des services en production pour les adhérents, mettre en place de nouveaux éléments qui s’adaptent à la mutualisation des SI, et augmenter les exigences en terme de qualité et d’organisation. Ce marché public a été alloti en trois lots : Le lot A correspond au service de collecte opéré de niveau 2. Il est assuré par SFR. Le lot B est dédié à la mise en place du réseau de niveau 3 et l’intégration global du projet. Il est porté par Interdata. Le lot C permet aux adhérents de mettre en place des fibres optiques dédiées entre leurs sites. Quatre opérateurs sont titulaires sur ce lot : Sipartech, Celeste, RATP Connect et SFR. Au-delà de simples interconnexions ponctuelles, ce lot sera au centre de l’urbanisation régionale du réseau que nous souhaitons proposer via la construction de Points d’Agrégation Optique (P.A.O.) à travers le territoire. Enfin, des évolutions ponctuelles ont été intégrés au nouvel accord cadre ROSeS. L’accent a été mis notamment sur la transition entre les dernières liaisons cuivres vers la fibre, l’obtention d’IPs publiques propre à SESAN et une architecture adaptée aux besoins d’externalisation des adhérents.

 

En quoi consiste ce réseau en Point d’Agrégation Optique (P.A.O.) ?

 

Samuel Gaiani-Porquet : Le réseau à base de P.A.O. repose sur un principe de mutualisation. En effet, à travers le Lot C, les établissements de santé pourront s’interconnecter au cœur de réseau et entre eux via des liaisons physiquement dédiées en point à point. Plusieurs établissements nous ont fait part de leur intérêt pour cette solution, et nous souhaitons leur permettre de mutualiser leurs besoins. Cette mutualisation pourra passer par la mise en place d’un point d’agrégation au sein de leur zone géographique, optimisant ainsi l’architecture et les distances de fibres à installer.

 

  • > Quels sont les avantages d’un établissement de santé à s’interconnecter à ROSeS via une fibre noire ?

Samuel Gaiani-Porquet : De par son principe technique, une interconnexion directe entre deux points sans intermédiaire apporte un niveau de services et des débits inégalables face aux autres technologies de raccordement des réseaux. De telles performances permettent de répondre à des besoins spécifiques telle que l’externalisation d’applications qui nécessitent de très forts niveaux de services, l’interconnexion de site qui fusionnent ou partagent leur SI, ou le raccordement de site qui ne se trouve pas dans une zone d’éligibilité classique pour de la collecte du lot A.

 

  • > Quel est votre positionnement vis-à-vis de vos nouveaux adhérents ?

Samuel Gaiani-Porquet : En parallèle à la migration de nos adhérents depuis ROSeSv1 vers ROSeSv2, nous continuerons d’accueillir de nouveaux adhérents à travers l’ensemble du territoire. Ce marché est notamment intéressant pour les regroupements de structure de santé qui sont dans une démarche d’unification de leurs SI et solutions réseaux. Le marché ROSeS s’adresse à tous types de structures de santé en Ile-de-France adhérente à SESAN qui souhaitent disposer d’un réseau avec des hauts niveaux de service.  À titre d’exemple, les sites en production sur ROSeS sont très diversifiés. Ils vont de Groupement Hospitalier de Territoire, à des EPHAD ou des IFSI, jusqu’à l’APHP.

 

  • > Quels seront les chantiers de ROSeS en 2020 ?

Samuel Gaiani-Porquet : La migration des adhérents de ROSeS est le chantier le plus important de l’année à venir. 180 sites sont à migrer d’un réseau à un autre. Il ne s’agit pas seulement de mettre en place la nouvelle architecture et de basculer les équipements, il faut également mettre en places l’ensemble des nouveaux processus opérationnels qui minimiseront les impacts des migrations sur les établissements de santé. Au côté de cette migration à isopérimètre, le second chantier décisif de l’année 2020 sera la mise en place de la stratégie régionale de fibre noire et la mise en place des points d’opportunités P.A.O. en fonction des besoins de chacun de nos adhérents actuels ou à venir.

 

 

Vous êtes ?
Vous avez besoin ?
Tous nos projets
››